Journal de Bord , à bord du pédalo ...

17 Mai 2015 , Rédigé par New Dawn

Journal de Bord , à bord du pédalo ...

Après le temps des Saints de Glace , le pays était entré dans une période de calme froid , qui laissait augurer un peu de répit pour ses habitants ... L'Elysée soignait une tourista qu'il avait attrapée dans la Baie des Cochons , après que son président sans fût allé voir les ravages causés par le collectivisme à grande échelle appliqué à une population douce et vulnérable , telle que l'avait connue le grand Ernest ... Je veux naturellement parler d'Hemingway qui y perdit sa virilité et sa veine littéraire à grand renfort de rhum , de cigares et de beuveries diverses ... Fort heureusement , et à la plus grande joie des comédiennes habituées à jouer les utilités au théâtre , l'hôte du palais s'en était revenu intact de ce côté-là ...

C'est avec une certaine satisfaction qu'il avait noté la paupérisation généralisée d'un peuple qui n'avait plus que quelques dents pour faire joli dans la bouche lorsqu'il lui avait souri en guise de bienvenue ... Il est vrai , que ces quelques chicots restants étaient bien utiles pour tromper la faim et ruminer à l'infini sur les maigres reliefs des frugaux repas dont il disposait ... Le potentat s'était alors dit que son action vis à vis de ses propres administrés allait bientôt porter les mêmes fruits , la population étant grevée d'impôts pour lui permettre de mener grand train , comme il l'avait vu faire au cours de ses voyages dans ces magnifiques républiques que d'aucuns qualifiaient de bananières ... Le seul problème restant quand même pour lui qu'il avait ressenti une fièvre rétrospective en découvrant le grandiose défilé marquant la libération du peuple russe , affronté lui aussi jadis au joug nazi , sous les yeux d'un Poutine serein et sûr de lui !

Seule la Garde des Sceaux qui n'avait pas été incommodée par des courantes intempestives provoquées par une nourriture épicée , avait pu de ce fait , se montrer à l'ouverture du festival de Cannes , comme une starlette débutante , désireuse de décrocher un rôle , même en couchant s'il le fallait ...

La ministre de l'Education nationale , elle , avait dû reculer , sous la pression de menaces de grèves comme les enseignants savent si bien les organiser en ce beau mois de mai si chômée et si propice aux défilés revendicatifs ... Elle se jura cependant d'y revenir à l'occasion , car son réajustement des programmes et des cursus faisait la part belle aux immigrés de son pays d'origine et était de nature à leur ouvrir les portes d'une intelligentsia de Souchiens résolument rétrograde ...

Le matador à tremblote qui résidait à Matignon venait enfin de réaliser en découvrant les images de son patron s'écrasant comme une merde sur les trois marches d'une accueillante tribune haïtienne , que son parti comptait plus que jamais sur lui pour hisser haut et fort les couleurs d'un communisme moribond qui avait échoué partout où il avait sévi , mais qu'il se donnait lui-même le droit d'appliquer dans ce pays qui , bien que n'étant pas son pays d'origine , avait eu la magnanimité et la largesse d'esprit de le nommer à des hautes fonctions gouvernementales , mais qu'il récompensait par intermittence en le traitant de raciste et de ranci ... Bref , il compris enfin qu'on n'attrapait pas les mouche avec du vinaigre et commença à entonner les psaumes du nationalisme et de la grandeur de la France si chers à la population d'origine , qui avait encore le souvenir d'avoir fait fuir l'envahisseur allemand à coups de pied dans le cul en organisant une Résistance impeccable et implacable , au mépris de ses propres vies ...

Il fallait se méfier de ce peuple qui aimait la rigolade mais qui pouvait aussi subitement se prendre le coquin de sort !

Partager cet article

Repost 0