Spring Waltz

27 Février 2016 , Rédigé par New Dawn

Frédéric Chopin - Spring Waltz

" Elle était déchaussée , elle était décoiffée ,

Assise , les pieds nus , parmi les joncs penchants ;

Moi qui passais par là , je crus voir une fée ,

Et je lui dis : veux-tu t'en venir dans les champs ?

* * *

Elle me regarda de ce regard suprême

Qui reste à la beauté quand nous en triomphons ,

Et je luis dis : Veux-tu , c'est le mois où l'on aime ,

Veux-tu nous en aller sous les arbres profonds ?

* * *

Elle essuya ses pieds à l'herbe de la rive ;

Elle me regarda pour la seconde fois ,

Et la belle folâtre alors devint pensive .

Oh ! comme les oiseaux chantaient au fond des bois !

* * *

Comme l'eau caressait doucement le rivage !

Je vis venir vers moi , dans les grands roseaux verts ,

La belle fille heureuse , effarée et sauvage ,

Ses cheveux dans ses yeux , et riant au travers ."

Victor Hugo - Les Contemplations - Aurore

" Hugo avait séjourné à Montfort-Lamaury , auprès de son ami , le poète Saint-Valry , de la fin de septembre au début d'octobre 1825 (...) on ne sait pourquoi il y place cette idylle datée des années 1830. Valry raconte que " cette pièce en 1856 choqua Guttinguer ( Gazette de France, 14 juin) qui est pourtant un admirateur des Contemplations et le choqua au point que pour l'excuser il lui cherche un sens symbolique. C'est sans doute , avance-t-il , une allégorie qui figure la rencontre et l'union du poète et de la démocratie ". Sans qu'il soit possible ni nécessaire de déterminer si cette pièce fait allusion à une aventure vécue , elle révèle, au printemps de 1853 , la tentation de s'évader de la colère des Châtiments .Elle constitue un des plus beaux poèmes du pur désir amoureux ; - La Pléïade

Partager cet article

Repost 0