Rugueuse et brute de décoffrage !

19 Juillet 2016 , Rédigé par New Dawn

Rugueuse et brute de décoffrage !

Notre gauche française qui n'aime rien tant que les postures et les formules creuses vient de se frotter douloureusement à la réalité de la province , et plus particulièrement celle de notre Sud où le parler vrai et le penser juste se teintent d'un accent tout méditerranéen .

C'est donc le petit marquis parisien qui avait quitté son sweet home de Matignon pour venir prendre un peu de couleurs sur le littoral à l'occasion des dramatiques événements qui se sont déroulés à Nice ...Considérée de la haute sphère médiatique parisienne , passé le périphérique , la France n'est peuplée que de gens ignares au front bas , incultes , et qui ont la mauvaise l'habitude de se reproduire entre eux ... Raison pour laquelle il est indispensable à ces élites parisiennes d'imposer une mixité de bon aloi avec les jeunes et vigoureux migrants pleins de fougue qui viennent envahir la France...

Le Gros , déjà indisposé à la simple perspective de devoir être confronté à une telle foule de manants épaisse et malodorante avait refusé tout net l'expédition , prétextant un gonflement de ses varices , à la suite de son voyage en Avignon , qui rendait douloureux le port de ses bas de contention ... En l'absence de Sancho Pança , Don Quichotte descendit donc seul administrer vertement les moulins à vent de la Provence , rugueuse et brute de décoffrage , et y faire l'aveu de son impuissance à gérer les problèmes dont question ... après tout , il fallait bien que ce peuple de larbins s'habitue à faire les frais d'une violence sans pitié et sans tabou exercée par intermittence et selon leur bon vouloir par les maîtres du monde qui voulaient imposer le califat en lieu et place des démocraties européennes en prélevant à l'aveugle quelques vies humaines sur le territoire français ...

Même s'il avait un peu le cul serré de peur en quittant son bureau à triple porte rembourrée de cuir clouté , il se persuada que le danger ne serait pas insurmontable ... Après tout n'étions-nous pas en guerre , après tout n'y avait-il pas une union artificielle ( une com'-union , quoi ! ) , à l'image de ce qui s'était passé pendant l'épisode de Charlie Hebdo et qui rendait indécente toute tentative de récupération de l'opposition ainsi que toute rupture de l'idée de consensus national ?

A peine arrivé sur le terrain , il s'aperçut qu'il était miné ... d'abord par le soleil écrasant du mois de juillet , qui lui fit regretter de n'avoir pas emprunté les Ray Ban de Sarko , car il devait plisser les yeux comme une poupée chinoise pour tenter d'y voir quelque chose ... Mais le pire était encore cette masse hurlante et menaçante qui le traitait d'incapable et d'assassin et réclamait sa démission sur le champ ... Il vacilla sur lui-même ... fort heureusement , le sérénissime bien-aimé de la principauté voisine qui était venu par solidarité assurer les Niçois dans la douleur de son amitié sans faille , lui permit de reprendre quelque figure et de terminer son chemin de croix ... gammée n'en doutons pas de sa part !

Il comprit , mais un peut tard , le mauvais tour que lui avait joué Sancho Pança et se jura , la prochaine fois , de prétexter une crise hémorroïdaire pour s'éviter une telle mésaventure ... Il y enverrait Rase-Bitume et son borsalino arrogant pour tenter d'éteindre les feux de la population hystérique ...La vie d'un Prime Minister n'était pas rose tous les jours même s'il était socialiste ...

Rugueuse et brute de décoffrage !

Partager cet article

Repost 0