Psycho-tragédie-politique!...

12 Octobre 2016 , Rédigé par New Dawn

Psycho-tragédie-politique!...

Je ne pourrai jamais communiquer pleinement l'addiction que je porte à la thématique racinienne... Peut-être parce que toute môme c'était le seul auteur en raison de son initiale qui était à portée de mes menottes dans la bibliothèque parentale ... et j'ai dévoré son théâtre ... Eh oui mes Loulous , il existe encore des gens qui n'ont jamais aimé les bandes dessinées parce qu'elles caricaturent et brident leur imaginaire ... En le lisant , je découvrais la passion , l'impuissance devant les faits , la corruption du pouvoir , le sacrifice allant jusqu'à l'immolation , le Verbe et la Chair ( tandis qu'avec Corneille tu n'as le choix qu'entre la raison et le devoir ) ... Là tu te laisses aller , tu crois à l'humanité sensible ... Oenone , Oenone ... viens à mon secours ... "Je le vis , je rougis , je pâlis à sa vue ... Un trouble s'éleva dans mon âme éperdue..." Avoue que cela a plus de gueule que la Ballade des Dalton , Non ?

Plus tard , j'appris que la dramaturgie racinienne était modelée sur le jansénisme qui faisait de l'être humain la marionnette du destin , qui l'écrasait sans vergogne sous la poigne divine et déterministe ... Et pourquoi les êtres seraient-ils créés pour satisfaire les besoins humiliants des élites sadiques?

Bref , cette semaine nous avons assisté à Bérénice ... Bérénice , c'est la France ... On peut tout imaginer n'est-ce pas ... Il y avait Titus et Antioche ...

Je ne reviendrai pas sur le faux-cul d'Antioche , il a déjà joué la jaquette flottante politique avec l'insuccès et l'opprobre générale que l'on connaît ... Il feint d'aimer Bérénice , mais n'aime que lui ... Bérénice sent l'entourloupe dans ce type retors et opportuniste et n'a qu'un seul désir , qu'il retourne dans son fief et ne plus le voir ni entendre parler de lui ...

Bérénice aime bien Titus , avide de pouvoir et orgueilleux de lui-même au point d'être sans pitié pour s'embarrasser de tout ce qui n'est pas lui et sa lignée ... Antioche , en bon minable second-couteau qu'il est, s'interroge sur les rapports qu'il veut entretenir avec lui ... Il est jaloux de son aura ,comprenez-vous , il tergiverse , fait le délicat ... to be or not to be ( il n'y a vraiment que moi pour oser le parallèle entre Racine et le Chat qui expire à Stratford-upon-Avon ... mais oh , des années d''études en fac de Lettres , quand même, et les honneurs de tous les jurys devant qui j'ai tortillé mon petit cul chou pommé !... Non , je n'ai jamais été jugée que sur mes compétences intellectuelles , d'ailleurs j'ai eu une fois une jurée femelle dans toute ma carrière estudiantine ... sinon c'était des hommes , ce n'est quand même pas de ma faute si les femmes ne sont pas motivées pour l'enseignement supérieur et préfèrent les maternelles !)

Bref , comme je sens que je vous lasse , je vous explique le dénouement :

Après seulement deux actes d'un suspense intensif au cours desquels Antioche a eu une poussée d'acné sénile , Titus s'est essuyé les pieds sur Bérénice , un peu interloquée d'avoir été prise pour un paillasson ... mais elle s'en remettra , comme elle l'a fait de toutes les vicissitudes de la vie qu'elle a traversées la crête haute ... Elle comprit que Titus voulait simplement faire la démonstration de ses gros bras bien musclés pour impressionner le Iago d'Outre Atlantique , très fortifié dans sa blanche case ...

Est-ce que vous avez vu mes Chéris les textes que je vous sors de dessous ma boîte crânienne ? ​...Faudra pas me demander cela tous les jours , surtout lorsque j'ai passé la journée à Marseille dans les embouteillages !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :