Pourquoi faut-il qu'il m'en souvienne ...

19 Mars 2017 , Rédigé par New Dawn

Pourquoi faut-il qu'il m'en souvienne ...

Après nous être installés près des bords de Marne  mon grand-père s'ennuyait  ... Tout était régi par Mamie pour protéger son homme , rendu malade du cœur par la chaleur torride des colonies et le tabac ... Mon propre père a également connu le même sort ...savais-tu que le tabac était distribué gratuitement aux militaires sous forme de cartouches "Caporal" ...En plus , on ne sait même pas ce qui s'y mettait dedans pour faire oublier le danger ... Encore aujourd'hui , je ne suis pas capable de consulter les dossiers paternels tant ils sentent les cendriers froids et que j'ai dû remiser pour le motif ... Ma mère s'en est chargée après son décès et y a rangé les photos qu'elle avait de lui , de sorte que je n'en ai guère à vous proposer ...Certes , mon paternel vivait en Alsace avec une autre femme depuis des années , ce qui faisait que , régulièrement , ma mère me disait l'air pincé :

" Tu sais , s'il veut le divorce je le lui donnerai bien volontiers " ... mais aucun des deux ne l'ayant jamais demandé , le statu quo a demeuré toute leur vie durant ... J'en ai déduit que cela les arrangeait  par ailleurs ...

Bref , Papie s'ennuyait ferme et notre voisine que tout le monde appelait Fifine ( je suppose pour Joséphine ) lui proposa de cultiver son jardin en friche ... C'était une grand résistante qui avait l'amour , l'admiration et la compassion de tout le quartier , car elle  avait perdu dans la dernière guerre mondiale à la fois son mari et son jeune fils lors d'une rafle des allemands , certainement avertis par des gens mal intentionnés ... Toute âgée qu'elle était ,elle circulait toujours à vélo comme aux temps tragiques où , meurtris dans sa chair et dans son cœur , elle avait courageusement pris la relève de ses deux hommes au sein de la Résistance ...

Papie finit par accepter malgré la réticence de ma grand-mère ...J'apprenais vite , et chaque fois que j'avais un moment de liberté ( et je m'en ménageais souvent ) , je courais comme un petit chien de toute la vélocité de mes courtes pattes derrière lui , avec la consigne de l'inciter à se ménager ... Lorsque je le voyais fatigué , je me traînais comme un vrai boulet ...posais mon derrière entre les rames des petits pois ou des haricots , prétextais une entorse douloureuse et urgente à soigner par les baumes de ma grand-mère ...Il se désolait alors que le Bon Dieu ne lui ait donné que des pisseuses comme descendance ... puis allait couper un bouquet de lilas tout en fleurs et un panier de légumes qu'il me demandait de porter à Fifine en frappant doucement à sa porte , en m'essuyant les pieds sur le paillasson et en lui disant que c'était moi qui en avait eu l'idée ... Fifine voulait toujours me récompenser en me donnant des berlingots ... mais je refusais car je n'aime pas les bonbons ..;

Puis je rentrais à la maison où Mamie me regardait l'œil noir en me disant :

" Je sais d'où tu viens , je t'ai vue  ... il n'a pas pu s'en empêcher hein ? et tu es sa complice !... Ah , il vaudra mieux que je meure pour vous débarrasser le plancher à tous les deux ..."

Je me jetais éperdue dans ses bras , même si je connaissais le scénario  ...Papie arrivait alors avec un énorme bouquet de lilas qu'il lui déposait en rougissant entre les bras ...alors ,  elle hochait la tête , regardait le panier qu'il traînait aussi , qui regorgeait de légumes , et lui disait :

- Ah ? il n'y a que ça  ... ? Qu'est-ce que tu veux que je fasse de cette misère ? Enfin , je vais me débrouiller en cuisine ...

 ( Tu connais la réputation des Normands ? ... il n'y en a jamais de trop ! )

Lorsqu'elle avait tourné les talons il me faisait un coup d'œil ... l'air de dire : "Bien joué petite !"

...... et la joie venait toujours après la peine ...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :