Un rite provençal : le pénéqué !

31 Juillet 2010 , Rédigé par New Dawn

100_1337.JPG

    

     Encore un terme que tu dois connaître si tu viens en vacances par ici, comme le laissent supposer les files d'attente aux péages et les kilomètres de bouchons déjà détectés par le Bison, pas si futé que cela d'ailleurs,en ces jours poétiquement qualifiés de chassée-croisée, comme s'il s'agissait d'un ballet autrefois orchestré par  l'illustre danseur au nom prédestiné de  Marius Petipa !

     Le "pénéqué" désigne le petit somme dans lequel on s'abandonne avec délices, une fois dégustée l'aïoli arrosée d'un petit verre de rosé de Provence bien frais...

     Comment résister à l'appel irrésistible d'un pénéqué  quand chantent les cigales et que tu es à l'ombre d'un soleil ardent dont les rayons tombent à l'aplomb de notre belle terre du Midi !

     Ne t'en prive pas surtout, car de doctes scientifiques, qui veulent justifier de tout et ignorer la simple jouissance du corps, ont décrété que ce petit somme est souverain pour la mémoire, le jugement et la créativité...

Lire la suite

Il avait osé le dire !

30 Juillet 2010 , Rédigé par New Dawn

4814678882_924f3a8079.jpg     " Je divise les femmes en cinq catégories : les bourriques, les poisseuses, les niquedouilles, les biscottes et les Roselyne Bachelot. Ne voyez aucune misogynie dans ce classement, car je reconnais que certains croisements peuvent avoir de l'intérêt. Tenez, les bourriques niquedouilles par exemple, comme la femme de notre Président, c'est peut-être pas très folichon à regarder mais  ça éternue souvent avec plus de grâce et avec plus d'esprit qu'un ouvrier. "  -  Jean YANN

     Un peu d'humour ne fait de mal à personne...même si les femmes en font souvent les frais !

Lire la suite

Ô touriste ...(n+1)

28 Juillet 2010 , Rédigé par New Dawn

4812444184_4959af36b6.jpg    

     tu remarqueras à quel point je me préoccupe de parfaire ton éducation sur les us et coutumes locales, afin que tu puisses aisément te fondre dans la population et que l'on ne te reconnaisse plus qu'aux monstrueux coups de soleil qui rougissent ta peau de citadin...

     Je te vois incertaine et dubitative devant les avalanches de melons qui occupent les étalages des marchés, vendeurs paysans, et même supermarchés...Tu prends l'air finaud et connaisseur de quelqu'un à qui on ne la fait pas pour justement choisir...celui qu'il ne fallait pas prendre et qui va te dégoûter du melon pour le restant de tes vacances...

     Il faut que tu saches qu'il y a un plaisir charnel, sensuel et presqu'animal à choisir un bon melon...D'abord et avant toute chose, assure-toi de sa couleur pour savoir si le soleil a bien dardé ses rayons sur toutes ses tranches ou s'il n'est pas resté une moitié, un quart...que sais-je un huitième de son corps hors d'action du Dieu Solaire...

     Puis tu le soupèses doucement en le balançant dans la paume de ta main...pour savoir s'il est bien lourd et s'il vaut bien le prix que tu vas le payer...

     Enfin, tu approches son petit derrière de tes narines palpitantes  ( mais inutile d'écraser ton nez dessus ou de te moucher dedans comme je te vois faire souvent )...il faut qu'il exhale un parfum magique et envoûtant de sucre et de miel...et surtout qu'on le sente venir de loin !

     Tu crois en avoir fini ? Non, maintenant il te reste à porter l'estocade finale...le geste du connaisseur...la jouissance estivale...le plus...le summum ...tu lui prends sa queue entre tes doigts fripons et là...crack...elle doit te rester entre le pouce et l'index...Je sais, c'est barbare : mais il faut le faire...Arme-toi de courage !

     Sinon, ne te prends pas le melon, et demande au vendeur d'en choisir un pour toi...c'est un gars d'ici...tu ne seras pas déçue !

Lire la suite

Tout n'est plus que calme et volupté...

26 Juillet 2010 , Rédigé par New Dawn

100 0347

 

Les  oiseaux gazouillent,

Et Villepin galouzeau...

Au Cap Nègre,

le bien nommé,

Notre Seigneur se fait bronzer

au maximum

Pour atteindre de l'Oncle Tom,

Son rival d'Outre-Atlantique,

la magnifique carnation...

 

Les "Affaires" ne font plus

la une des journaux,

Et autant en emporte le vent,

nous nous en sentons un peu plus propres.

Profitons sans remords

des jouissances de l'été.

Tout cela n'aura qu'un temps,

Car comme l'a dit

le poète:

 

Cueillons, cueillons dès aujourd'hui

Les roses de la vie,

Les épines

seront pour la rentrée !

 

Lire la suite

Aux innocents, les mains pleines...

25 Juillet 2010 , Rédigé par New Dawn

4812461689_5cb57670b8.jpg     L'appétit des uns stimule les appétits des autres, qui ont trouvé une idée originale pour s'en mettre plein les poches et résoudre, du même coup le problème des retraites en éliminant une partie de la population qui aurait pu en profiter ...Voyant que de vieilles traverses de chemin de fer restaient là, inemployées, gisantes dans les gares, malins, ils ont décidés d'en tirer de petits bénéfices juteux en les transformant en charbon de bois pour nos barbecues. D'après l'association Robin des Bois qui milite pour la protection de l'homme et de l'environnement, ce sont 18 000 tonnes de traverses par an qui sont reconverties pour nous permettre de faire griller en toute convivialité nos merguez de l'été... Normal, direz-vous ? Pas tout-à-fait, car ce bois est imprégné de créosote, une substance cancérigène pour l'homme, mais également toxique pour les organismes aquatiques et présentant un risque de contamination des sols et des nappes sous-terraines...

     Alors, plutôt que de mourir à petit feu, je vous conseille d'aller chez le vigneron le plus proche ,- qui ne cultive pas amoureusement son arpent de vigne en France ?-, et au moment de la taille demandez-lui quelques sarments que vous ferez sécher pendant l'hiver pour vos grillades à venir au printemps, elles auront un goût sublime et votre santé qui vous est si chère n'en pâtira pas !

Lire la suite

Aujourd'hui, je dis tout...

23 Juillet 2010 , Rédigé par New Dawn

Fort-St-Louis.jpg     On commémore, cette année, les soixante ans du naturisme, dont la France s'est toujours montrée pionnière, il faut lui reconnaître cette audace..   

     Comment dire les  choses simplement et sans artifice, j'ai toujours aimé me plonger sans la contrainte d'un maillot dans notre "Mare Nostrum", véritable pangée d'où est sortie toute vie...et sentir cette eau féconde m'immerger entièrement comme une petite mort-résurrection un jour de jugement dernier...Seulement , mon cher et tendre ne l'entendait pas forcément de cette oreille, mais, comme mes ébats aquatiques et dépouillés ne lui déplaisaient pas non plus, nous allions les fins de semaine, nous baigner à la pointe du Mourillon,dans une petite anse sublime, voisine du lieu où étaient fabriqués, stockés et tirés les missiles et les torpilles qui armaient en temps  ordinaires les bâtiments de la Marine nationale, et que mon Chéri savait déserte, en ces temps de villégiature...Le coq surveille toujours les frasques de sa poulette..

     Bref... c'était un jour serein et calme, mon seigneur et maître s'étant enfin détendu, lorsque surgit à trente centimètres de mon nez,.pratiquement entre mes bras,  un plongeur sous-marin, dûment harnaché qui me propose une poterie ancienne et  une gangue de boulet de la dernière guerre pour me faire  un cendrier ...Esthétiquement, je n'étais pas partante, mais il fallait voir la violence de mon homme, habituellement  plutôt civilisé, pour chasser l'aimable intrus...un vrai sauvage... L'amphore et la gangue allèrent rejoindre les eaux mères d'où elles étaient sorties...je me fichais de la gangue... mais l'amphore...quand même !

     Cet idiot de plongeur n'a jamais su qu'il avait mit fin à ma  joie de me baigner libre de toutes contraintes dans ma chère Méditerranée... Il y a des jours, où il vaudrait mieux rester chez soi..Si c'était toi qui es sorti des ondes ce jour-là, franchement, je ne te dis pas merci...!.

Lire la suite

Babar à la plage...

23 Juillet 2010 , Rédigé par New Dawn

3938732710_56f5c3299b.jpg

 

     En 1932, pour le deuxième épisode des aventures de Babar, Jean de Brunhoff s'inspire largement des collines de Sainte-Maxime où il séjournait régulièrement pour planter le décor que survole pendant deux pages, la montgolfière de Babar et Céleste en voyage de noces.

     En hommage à ce Voyage de Babar, la plage qui longe les collines ( aujourd'hui plutôt urbanisées...) s'appelle la plage des Eléphants.

Lire la suite

Le Beausset...comme il nous plaît...

22 Juillet 2010 , Rédigé par New Dawn

3016111697_3bc7f5ff5b.jpgL     Les touristes affluent dans notre petite commune, en quête d'émotions et de sensations qu'ils pensent ne pas trouver ailleurs...Que pouvons-nous leur apporter, d'autant plus qu'ils ne nous demandent rien, nous considérant comme des zombies autochtones, incapables de partager leurs joies, leurs tristesses, leurs tous-les-jours...Nous nous sentons donc comme transparents, là sans y être, presque gênants d'exister dans les files d'attente des caisses des supermarchés...gênants de prendre notre temps pour choisir un melon, comme s'ils se valaient tous et que nous n'étions que des figurants dans une pièce dont ils seraient les héros...Bizarre impression, nous nous sentons comme décalés, intrus, observant les choses de l'extérieur, comme des spectateurs qui verraient se dérouler des scènes incongrues dans des décors familiers...Mais lorsque nous nous rencontrons entre nous, nous ressentons comme une connivence des choses partagées...Ce n'est qu'un rêve éveillé...demain sera l'automne, la chaleur des châtaignes cuites au feu de bois, nos marchés riants et pleins de "tchatch", l'odeur des poulets dorés dans les rotissoires...les couffins que l'on aide les anciens à porter jusques chez eux...Les rires des enfants qui s'amusent des facéties des pigeons...Nos petits bobos, parfois nos grandes douleurs, tout ce qui fait que, dans un village, nous sommes une famille !

Lire la suite

La Guerre des Rose, façon Entrecasteaux...

21 Juillet 2010 , Rédigé par New Dawn

Entrecasteaux--2.jpg

    

     Qui a dit que la vie de couple était une sinécure ? On se marie idéalement pour le meilleur, et c'est parfois le pire qui arrive...C'est ce qui s'est produit autrefois au château d'Entrecasteaux, près de Cotignac, un des plus beaux de France dont personne ne parle, mais qui est l'un des fleurons touristiques varois.

     Dans tout château, il y a toujours une histoire de fantôme ou de crime, celle-ci s'avère assez rocambolesque : qu'on en juge...

     En l'an de Grâce 1713, le neveu de Raymond Bruny, marquis d'Entrecasteaux, voulait occire son épouse enceinte, en bonne et dûe forme, et sans autres formes de procès, pour épouser une autre donzelle dont il était épris. Dans son cerveau fécond en mauvais tours, il échaffauda plusieurs stratagèmes pour se débarrasser de celle qui était devenue une gêne à sa félicité. La pauvre épouse  résista ainsi à une chute dans les escaliers provoquée par des noyaux des cerises ( attention mesdames, c'est la saison !), fut sauvée in extremis d'un potage empoisonné, mais finit par succomber aux trois coups de rasoir qui lui furent finalement infligés...Franchement, je n'aurais pas aimé être la suivante !

Lire la suite

Ma vie est devenue un enfer...

19 Juillet 2010 , Rédigé par New Dawn

ordi2.jpg     Comme le disait fort justement Blaise, je suis pleine d'incertitudes et de doutes : mon ordinateur est-il à mon service, ou suis-je au sien ? A-t-il une existence autonome et indépendante de moi ?

     Voit-il du monde lorsque je ne m'en sers pas ? Que se passe-t-il dans sa mémoire fertile lorsqu'il m'affiche un écran noir ? Est-il en train de me préparer un mauvais tour ?

     Lors de notre première prise de contact, il m'a fallu lui donner un prénom , en est-il satisfait, ou cherche-t-il à me nuire pour l'avoir affublé d'un pareil sobriquet ?

     Depuis qu'il est entré dans ma vie, et par conséquent  que je suis entrée dans la sienne, je suis devenue sournoise et méfiante...fini mon naïf optimisme...ma crédulité de bon aloi ...! J'ignore ce qu'il me réservera demain !

     Je le quitte, il transmet ma pensée en gros caractères bien commodes pour ma vue vieillissante, je le retrouve le lendemain avec des caractères minuscules qui m'obligent à mettre le nez sur son écran : peut-être souhaite-t-il que je l'embrasse ?

     Je me couche sur Google en tout bien tout honneur, je me lève avec Orange  en page de démarrage : avec qui, au juste, ai-je passé la nuit ?

     Dernièrement, certaines lettres étaient passées à la trappe, ne me laissant que leurs majuscules pour m'exprimer, ce qui m'obligeait à ruser avec les touches, effleurant ostensiblement la suivante pour taper frénétiquement la bonne, essayant vainement de tromper l'ennemi invisible qu'il cachait dans son clavier !

     Je n'engage plus la conversation avec lui, que couverte de post-it contenant des mots de passe qu'il me demande continuellement de fournir pour ouvrir ses fenêtres... Mais mon insouciance habituelle reprenant le dessus, je finis toujours par oublier à quel sésame correspond "bidule" ou "miaouh" et il reste fermé à mes suppliques !

      Il me rend trop nerveuse , et je crois que je vais lui faire suivre une analyse chez un psy : Miller, le copain de Ruquier ferait bien l'affaire, mais j'ai peur qu'il ne l'arme contre moi d'une faucille et d'un marteau...A moins que je ne sois obligée d'en suivre une moi-même !ordi

Lire la suite
1 2 3 > >>