Aux couleurs de l'Automne...

31 Octobre 2009 , Rédigé par New Dawn

     J'ai fait cette semaine une petite incursion féérique dans la jardinerie voisine...Les chrysanthème, dont la Toussaint marque l'apothéose, étalaient leurs somptueuses couleurs automnales à perte de vue. Les cyclamens de Perse, aux fleurs si lumineuses attiraient tout autant le regard : l'automne est leur saison, novembre sera leur apogée...ils sont si beaux que l'on voudrait pouvoir les conserver toujours en l'état. Les violas, sans prétention, tenaient pourtant le haut du pavé, avec leurs allures de funambules ailés. Comme tous les ans, j'ai choisi la valeur sûre des pensées multicolores dont je sais que la présence égaiera le jardin jusqu'à la fin juin prochain...L'automne n'est décidément pas une saison triste !
Lire la suite

A propos d'Halloween...

29 Octobre 2009 , Rédigé par New Dawn

     En cette veille d'Halloween, les potirons, citrouilles et autres cucurbitacées, qui ne se transformeront jamais en carrosses dorés, essaient d'effrayer le chaland de leurs sourires édentés...
     Je vous imagine déjà, vos vieilles charentaises préférées aux pieds - celles qui font croire à votre entourage que le Gorgonzola, déjà bien mûr à midi, s'est exprimé librement hors du frigo, depuis lors -engourdis par la chaleur bienfaisante de l'âtre tout proche...mais cette torpeur qui vous gagne ne va pas durer. Vous serez bientôt tirés de vos rêveries par une bande de petits galopins qui, cette année, seront affublés de masques à l'effigie de Mickaël Jackson...on ne saurait espérer mieux dans l'horreur ! Pour vous mettre dans le bain, une petite légende de circonstance :
     Le diable, précipité aux enfers après sa déchéance, se serait servi des aiguillons de l'églantier pour remonter au ciel. Dieu aurait alors ordonné à l'églantier de s'aplatir - d'où sa forme - et, de dépit, le diable aurait à son tour ordonné aux aiguillons de se retourner vers le bas... Depuis, chacun sait comme il est aisé d'enfoncer sa main dans le buisson pour cueillir des fruits et malaisé d'en ressortir...
     Prenez donc un  loukoum pour votre gorge...en attendant la horde des petits monstres... 
Lire la suite

Une petite promenade dans le Var : Cogolin...

27 Octobre 2009 , Rédigé par New Dawn

     Avec la Toussaint, nos chers touristes sont arrivés en force dès vendredi soir, apportant un peu de gaîté à notre morne quotidien...Les jeunes femmes arborent de superbes décolletés plongeants, les messieurs déambulent en panta-court, offrant leurs jolis mollets croquignolets, blancs et velus à souhait, à nos yeux émerveillés...La mode et aux bras nus, tandis que nous avons déjà enfilé nos petites laines automnales pour protéger nos rhumatismes naissants. Que faire pour eux dans un département déjà engourdi par le changement d'horaire ?
     Je leur propose, bien sûr, une incontournable virée à Saint-Tropez, petite ville absolument délicieuse en cette saison, d'où il pourront visiter Cogolin, village non moins charmant.
     Né Caïus Silvius Torpétius à Pise, Torpès, devenu Saint Tropez, était un dignitaire des armées romaines. Converti au christianisme sous l'influence de Saint Paul, il fut décapité par Néron, et son corps fut placé dans une barque entre un chien et un coq...Le frêle esquif dériva, entraîné par les courants, jusqu'à aborder les côtes de Provence...Durant le voyage, et malgré leur faim, les animaux ne profanèrent miraculeusement  pas le corps de Torpès...et en touchant les côtes de l'actuel Saint-Tropez, le coq s'envola dans la campagne, au coeur d'un magnifique champ de lin en fleur. D'où ce "coq au lin" qui orne l'écusson communal, les drapeaux et le sommet de l'hôtel de ville. Que ma chère Provence est pleine de charme et de légendes...non ?  
Lire la suite

Je meurs ou je m'attache...

26 Octobre 2009 , Rédigé par New Dawn

     Quelle merveille que l'odeur doucâtre du lierre encore en fleur...Ce parfum semble exercer un irrésistible attrait sur les insectes que le soleil automnal presse de faire revenir à la vie après la fraîcheur de la nuit.
     Abeilles, syrphes, mouches et papillons viennent butiner ses fleurs discrètes en un incessant ballet.
Lire la suite

Si le navet m'était conté...

25 Octobre 2009 , Rédigé par New Dawn

     Un navet est un film qu'on ne saurait recommander ni à sa belle-mère, ni même à son percepteur, tant il est indigeste...mais quel rapport avec le légume ? certains puristes y voient un rapprochement avec le goût fade et filandreux des navets ayant trop poireauté...pour d'autres, l'expression exacte serait "nanar", ou "nanard" qui vient de l'argot des brocanteurs, et qualifie un machin invendable,par comparaison désobligeante - mais qui puis-je ? - qui désignait autrefois un vieil homme tout déglingué.
     Appliqué à un tableau, le nanar est une toile ratée, une croûte immonde, que l'on ne pendrait même pas sur les murs de ses commodités...Ce serait donc pour ne pas opter pour un terme plus trivial que le navet aurait été utilisé, un peu comme les personnes bien élevées préfèrent dire "miel alors", en lieu et place de ce qui vous aura échappé plus vertement , petits galopins...
Lire la suite

Big Ben or not Big Ben...

24 Octobre 2009 , Rédigé par New Dawn

     Ce soir,
Vais-je me coucher tôt,
Vois-je me lever tard ?
Qu'y aura-t-il donc de si mystérieux ?
Une heure en plus,
Une heure en moins...
Et demain,le rôti sera-t-il trop cuit,
Ou bien pas assez
Ou vice et versa ?
Ou rien de tout cela...
Ma petite horloge ira son chemin...
...Tic...tac...tic...tac
Lire la suite

Va-t-en me dit la Bise...

22 Octobre 2009 , Rédigé par New Dawn

     Nous sommes en vigilance "orange" jusqu'à ce soir, je passe mon temps au jardin, encapuchonnée, à ramasser tout ce que le vent d'Est fait choir à terre et me vient à l'esprit ce poème de Victor Hugo :

" - Va-t-en, me dit la bise,
C'est mon tour de chanter.
Et tremblante, surprise,
N'osant pas résister,

Fort décontenancée
Devant un Quos ego,
Ma chanson est chassée
Par cette virago.

Pluie. On me congédie
Partout, sur tous les tons,
Fin de la comédie.
Hirondelles, partons.

Grêles et vent. La ramée
Tord ses bras rabougris ;
Là-bas fuit la fumée,
Blanche sur le ciel gris.

Une pâle dorure
Jaunit les coteaux froids.
Le trou de ma serrure
Me souffle sur les doigts "
Lire la suite

Pensées d'Automne

21 Octobre 2009 , Rédigé par New Dawn

   Promenons-nous dans les bois...Mais aussi dans les campagnes mouillées et les montagnes poudrées. Les herbes jaunissent, le brouillard hante les vallées et les feuilles se teintent de mille couleurs...Les mélèzes arborent des rameaux dorés aux aiguilles jaune vif qui finiront par tomber. Sapins, épicéas et pins restent immuablement verts. Il est temps d'aller ramasser les châtaignes, dont la bogue piquante protège trois graines de couleurs brun acajou. L'automne est la saison reine des champignons : bolet à pied rouge, chanterelle en tube, cèpe de Bordeaux, lactaire délicieux... Dans les sous-bois, les fusains d'Europe s'étirent vers le cielet le mélampyre des prés offre ses dernières fleurs jaunes...
Lire la suite

L'Homme au chapeau vert...

19 Octobre 2009 , Rédigé par New Dawn

     Syndrôme ou pas, le "Titanic" prend l'eau de toutes parts et va bientôt sombrer dans l'anecdotique, son auteur n'ayant pas réussi à mobiliser une foule d'indifférents à ses sirènes cataclysmiques...
     Le bénéfice de mon âge respectable me donne-t-il le droit de dire vraiment ce que je pense, sans m'attirer les foudres de certains thuriféraires de l'écologie à outrance ? J'en prends le risque, au mieux on dira que je radote, au pire je serai une gâteuse... Bref, je n'aime pas le bonhomme qui veut nous embrigader dans des idéologies aussi fumeuses qu'absconses  ne reposant sur rien de scientifique.
     La vérité n'est jamais aussi simple et surtout aussi caricaturale qu'il veut bien nous la montrer et par ailleurs, il me fait penser à ces personnes qui, ayant mené une vie dispendieuse et dissolue pendant leur jeunesse s'érige en paragon de vertu sentant venir l'âge mûr, semblable au "Dames au chapeau vert" d'autrefois qui croyant faire oublier un passé douteux  écrasaient les autres de leurs jugements péremptoires et peu charitables...
     Les méfaits de notre pays sur le plan écologique représente une goutte d'eau par rapport aux autres, et notamment les pays dits émergents qui sont les plus pollueurs. Ce n'est certes pas une raison pour ne rien faire, mais de là à taxer une population qui se paupérise  de plus en plus en raison des jeux dangereux d'un capitalisme débridé, n'est-ce pas pousser un peu mémé dans les orties ?
     L'expérience humaine démontre que si l'on déifie la Nature, on fait de l'homme son esclave ; a contrario, le déification de l'homme entraîne l'exploitation de la nature à outrance. La sagesse ne réside-t-elle pas dans un honnête compromis entre les deux ?
     Veut-on revenir aux temps "heureux" du Moyen Âge où les femmes mouraient en couches avec leurs bébés, par manque d'hygiène, et les hommes étaient vieux à trente ans par suite des maladies et des malnutritions ?
     Je crains qu'il n'y ait bientôt un hiatus infranchissable entre les têtes supposées pensantes de la capitale et le bon peuple de province qui n'en peut mais...entre le monde du rat des villes et celui du rat des champs...nous en parlerons certainement plus tard... à propos du péage urbain qui ne dort que d'un oeil sous le coude de nos dirigeants...
Lire la suite

18 Octobre !

18 Octobre 2009 , Rédigé par New Dawn

     Je m'en serais voulu de rester muette un jour comme celui-ci, que nos bienfaiteurs masculins ont décidé de vouer à une grande cause nationale : la ménopause... J'aurais préféré qu'ils la consacrassent à la ménopausée, car j'aurais pu me faire offrir des fleurs... mais je dois être raisonnable et me contenter de ce qui m'est octroyé et qui ne laisse pas de m'interpeller... Cet accent mis sur le vieillissement féminin me fascine et me scandalise tout à la fois. Avec tous les progrès de la médecine en la matière, les femmes auraient-elles le monopole de la chair flasque, des rondeurs importunes et du mauvais caractère réelle ou supposé que l'on prête généreusement à cet état que l'on considère comme une calamité inexorable ?
     Ne pourrait-on pas envisager cette étape de la vie comme une mutation heureuse, une libération, un moment privilégié où la femme peut enfin se consacrer à elle-même, au bien-être de son corps et soigner son esthétique, délivrée qu'elle est de ses contraintes professionnelles ? Une sorte de "zénitude" qui lui permet enfin d'être plus attentive à ses proches ?
     Non, la mémé ronchon que l'on se plaît à caricaturer a vêcu...a-t-elle jamais existé  d'ailleurs...Quand vient l'âge canonique la vie commence... prenez-en de la graine, Messieurs les sceptiques, car l'andropause vous guette aussi, bien qu'on n'en parlât point...
     Et n'oublions jamais qu'il faut s'aimer soi-même pour pouvoir aimer les autres...
Lire la suite
1 2 3 > >>